le site de référence
sur les ciné-concerts



Entrée des artistes






Vous pouvez nous faire
part de vos remarques
ou nous envoyer des
dates de ciné-concerts à :
postmaster(at)cineconcert.fr



Cineconcert.fr
est une initiative du
Festival d'Anères


Liens
Festival d'Anères
Cinéma Le Balzac
Lobster Films
Cinémathèque de Toulouse
Cinémathèque française
Institut Lumière
Archives Françaises du Film
Le Printemps des Cinéconcerts
Festival International
des Musiques d'Ecran

lundi 6 septembre 2010 à 21h00
Cinémathèque française
51, rue de Bercy
Paris (75)
Site internet de la salle
Tarif : Plein tarif – 6,5€ - Tarif réduit - 5€
Musique :
Mathieu Regnault (Piano)
Princesse aux huîtres, (La)
(Die Austernprinzessin)
de Ernst Lubitsch
(1919 / Allemagne / 1h03)
avec Victor Janson, Ossi Oswalda


Synopsis
Ossi, fille d’un milliardaire, apprend le mariage d’une de ses amies avec un comte et décide qu’il lui faut immédiatement épouser un prince. Le prince Nucki, sans argent et intéressé par la fortune d’Ossi, envoie son ami Josef en délégation ; celui ci est pris pour le prince, devient l’époux d’Ossi mais s’enivre tant et si bien pendant le dîner de noces qu’il est chassé de la chambre nuptiale. Le lendemain matin, Ossi qui est membre d’une organisation pour la lutte contre l’ivrognerie, rencontre plusieurs ivrognes parmi lesquels le prince Nucki dont elle s’éprend sur le champ et qu’elle emmène chez elle sous le prétexte d’un traitement spécial. Josef et Nucki se rencontrent dans la chambre d’Ossi : la situation est éclaircie et Ossi et Nucki se retrouvent heureux époux.

Source : 20 ans de Cinéma Allemand 1913-1933 © CNAC G. Pompidou, 1978

Texte de présentation
La Princesse des Huîtres est une bande déjà ancienne que l’on condamne, les uns pour son esprit d’avant-garde, les autres pour sa grossièreté. C’est très exagéré. Certes la grossièreté n’est pas niable, et les gens qui satisfont leurs besoins physiques les plus pressants, y compris celui de l’amour, chiffonnent un peu beaucoup la photogénie. Quant à l’esprit d’avant-garde, il se résume à d’innocents décors munichois pour théâtres de province. Ce qui mérite seul d’être loué dans La Princesse des Huîtres, c’est le mouvement musical. Il y a des ensembles étonnants (le bal, le bain, les domestiques) malgré leur réalisation vulgaire et la parfaite folie de l’homme seul dans la salle d’attente. Ce monologue hystérique devra figurer au musée du Cinéma. Louis DELLUC (1923).
Source : Le Cinéma et les Cinéastes (Ecrits cinématographiques I) © Cinémathèque Française, Paris 1986

Fiche IMDb de La Princesse aux huîtres


Source de l'information : La Cinémathèque Française
Séance créée le dimanche 08 août 2010 à 15h25 par Albert de Nonancourt


Aucune séance
ne correspond
aux critères