le site de référence
sur les ciné-concerts



Entrée des artistes






Vous pouvez nous faire
part de vos remarques
ou nous envoyer des
dates de ciné-concerts à :
postmaster(at)cineconcert.fr



Cineconcert.fr
est une initiative du
Festival d'Anères


Liens
Festival d'Anères
Cinéma Le Balzac
Lobster Films
Cinémathèque de Toulouse
Cinémathèque française
Institut Lumière
Archives Françaises du Film
Le Printemps des Cinéconcerts
Festival International
des Musiques d'Ecran

vendredi 13 mai 2016 à 21h30
Salle des Fêtes
Gran Carrera
Anères (65)
Site internet de la salle
Tarif : non communiqué
Musique :
Virgile Goller (accordéon, trompette)
Inondation, (L')
de Louis Delluc
(1924 / France / 1h30)
avec Eve Francis, Edmond Van Daële


Synopsis
Dans un village en bord du Rhône, Alban s’apprête à épouser la coquette et frivole Margot. Monsieur Broc, employé de mairie solitaire, retrouve sa fille adorée Germaine, devenue une charmante jeune femme. Germaine s’est éprise d’Alban. Lorsque celui-ci l’éconduit gentiment, elle s’effondre, au grand désarroi de son père. La crue du fleuve inonde subitement le village et les alentours. Margot est retrouvée mystérieusement noyée...


Texte de présentation
Pionnier de la critique de cinéma, inventeur du terme « cinéaste » et cinéaste lui-même, acteur du premier mouvement d’avant-garde cinématographique en France, auteur de nombreux textes littéraires (romans, poèmes, pièces de théâtre) et critiques, Louis Delluc a révélé, commenté et exploré la nécessité esthétique dans l’expression du Septième art, avant de disparaître prématurément en 1924, à l’âge de trente-trois ans. Sa rencontre en 1913 avec Ève Francis est déterminante. Comédienne de théâtre bruxelloise, proche de Paul Claudel, elle devient son épouse, sa muse, l’interprète de prédilection de son œuvre. Alors collaborateur à la revue Comœdia illustré, pour laquelle il écrit principalement sur le théâtre, Delluc exècre le cinéma, mis à part sa curiosité pour Chaplin et Max Linder. En 1916, Ève Francis lui fait découvrir Forfaiture de Cecil B. DeMille (1915), qui bouleverse radicalement sa vision et finit de le convaincre de s’y intéresser. Il se consacre désormais à la critique cinématographique et devient cinéaste et producteur. Pour Henri Langlois, il est « le conducteur, le prophète que le cinéma attendait ; chacun de ses articles était un bulletin de victoire marquant, film après film, les étapes de la découverte et de l’initiation aux règles du nouvel art. »


Source de l'information :
Séance créée le dimanche 05 février 2017 à 14h39 par Sylvain Airault


Aucune séance
ne correspond
aux critères