le site de référence
sur les ciné-concerts



Entrée des artistes






Vous pouvez nous faire
part de vos remarques
ou nous envoyer des
dates de ciné-concerts à :
postmaster(at)cineconcert.fr



Cineconcert.fr
est une initiative du
Festival d'Anères


Liens
Festival d'Anères
Cinéma Le Balzac
Lobster Films
Cinémathèque de Toulouse
Cinémathèque française
Institut Lumière
Archives Françaises du Film
Le Printemps des Cinéconcerts
Festival International
des Musiques d'Ecran

samedi 8 février 2014 à 20h00
Centre Wallonie-Bruxelles
46, rue Quincampoix
Paris (75)
Site internet de la salle
Tarif : non communiqué
Dans le cadre de :
Films surréalistes et films sur l’art
Musique :
Tomonori Takeda (Clarinette)
Daniel Schell (Guitare)

Histoire de détective
de Charles Dekeukeleire
(1929 / Belgique / 0h49)


Synopsis
Une femme inquiète du comportement de son mari, trop souvent absent, demande à un détective de le suivre et de lui faire un rapport. Charles Dekeukeleire découpe son film par des cartons qui informent des rebondissements de l’histoire. Cependant, cette trame ne sert qu’à mettre en avant un prétexte pour mieux désarticuler le récit au profit du seul cinéma. En effet, le détective va employer un appareil de prises de vues comme instrument d’investigation. La caméra devient ainsi le personnage principal et sa subjectivité le sujet essentiel du film. Les cartons sont dessinés par le peintre Victor Servranckx.


Impatience
de Charles Dekeukeleire
(1928 / Belgique / 0h36)


Synopsis
Quatre motifs composent ce poème visuel dont le thème est le désir charnel : la montagne, la moto, la femme et les blocs abstraits. Une femme nue est agrippée à sa moto, le paysage défile à grande vitesse, le moteur tremble, irruption de masses géométriques…

Source : La Carrière / Soirs d'été

Texte de présentation
Un carton introductif informe le spectateur que le film sera composé de quatre séries d'images: 'La moto, la femme, la montagne et des blocs abstraits', éléments à partir desquels Dekeukeleire va construire son film selon des paramètres très précis. Le rythme du film est donné par une fragmentation mathématique en segments temporels. Les quatre jeux d'images vont se succéder dans toutes les combinatoires possibles, sans que jamais soit prise en compte une ligne mélodique ou une montée dramatique.
Source : Malavida Films

Source de l'information : http://www.cwb.fr
Séance créée le lundi 27 janvier 2014 à 21h32 par Sylvain Airault


Aucune séance
ne correspond
aux critères