le site de référence
sur les ciné-concerts



Entrée des artistes






Vous pouvez nous faire
part de vos remarques
ou nous envoyer des
dates de ciné-concerts à :
postmaster(at)cineconcert.fr



Cineconcert.fr
est une initiative du
Festival d'Anères


Liens
Festival d'Anères
Cinéma Le Balzac
Lobster Films
Cinémathèque de Toulouse
Cinémathèque française
Institut Lumière
Archives Françaises du Film
Le Printemps des Cinéconcerts
Festival International
des Musiques d'Ecran

lundi 15 décembre 1924 à 0h00
Théâtre du Vieux Colombier
21, rue du Vieux Colombier
Paris (75)
Site internet de la salle
Tarif : non communiqué
Dans le cadre de :
Prog. du 15 déc. au 22 déc. [Reprise]
Musique adaptée par :
Arthur Honegger

Cœur fidèle
de Jean Epstein
(1923 / France / 1h27)
avec Gina Manès


Synopsis
Marie est serveuse dans un bar du Vieux Port de Marseille, tenu par la famille Hochon qui l’exploite consciencieusement. Elle aime sincèrement Jean qui travaille comme docker dans les environs mais se trouve sous la coupe d’un sombre voyou dénommé Petit-Paul...

Source : Cinémanères n° 2 / http://festival.aneres.free.fr/Aneres2010/Cinemaneres/Cinemaneres.htm

Texte de présentation
Film des amours au bord de l’eau, Cœur fidèle est une oeuvre poétique et intimiste, caractéristique des recherches de la première avant-garde française, dite impressionniste. Jean Epstein, dont c’était le troisième long métrage, y multipliait les recherches formelles. La séquence de la fête foraine est restée célèbre : plans rapides se succédant à une cadence accélérée, surimpressions, “caméra déchaînée”, vues prises de balançoires en vol, gros plans de visages, rythme quasi musical obtenu par la virtuosité du montage. Jean Epstein écrit, en 1924, dans sa présentation du film : “J’ai dû composer le scénario en un nuit de 6 heures du soir à 8 heures du matin... On m’a reproché ce scénario. Ce n’est qu’un mélodrame. C’est un mélodrame que j’ai intentionnellement fait tel, en me servant avec la plus froide et la plus consciente préméditation de toutes les ficelles du mélodrame populaire... Mais je puis dire que ce mélodrame est tellement symbolique que la femme n’aurait pas besoin de s’appeler Marie ; la femme pourrait ne s’y appeler que la femme. Petit-Paul est la force mauvaise de l’Homme : le désir brutal ; humain et animal, ivre et passionné comme Dionysos. Jean est l’amour pur et noble, la force morale supérieure à la force brute, d’une sérénité olympienne... Quant aux symboles, le film en est rempli... C’est celui de mes films que je préfère.”
Source : Site internet du Festival d'Anères

Fiche IMDb de Cœur fidèle


Source de l'information : CINEA-CINE pour tous, n° 27, 15 déc. 1924, p. 3 [PUB]
Séance créée le jeudi 07 avril 2011 à 20h00 par Albert de Nonancourt
Dernière mise à jour le samedi 09 avril 2011 à 02h22 par Sylvain Airault


Aucune séance
ne correspond
aux critères