le site de référence
sur les ciné-concerts



Entrée des artistes






Vous pouvez nous faire
part de vos remarques
ou nous envoyer des
dates de ciné-concerts à :
postmaster(at)cineconcert.fr



Cineconcert.fr
est une initiative du
Festival d'Anères


Liens
Festival d'Anères
Cinéma Le Balzac
Lobster Films
Cinémathèque de Toulouse
Cinémathèque française
Institut Lumière
Archives Françaises du Film
Le Printemps des Cinéconcerts
Festival International
des Musiques d'Ecran

dimanche 17 avril 2011 à 19h00
Au Limonaire
18, cité Bergère
Paris (75)
Site internet de la salle
Tarif : Entrée libre + chapeau pour les musicien
Musique :
Gaël Mevel (Piano, bandonéon, violoncelle)
Heure suprême , (L')
(Seventh Heaven)
de Frank Borzage
(1927 / Etats-Unis / 1h50)
avec Janet Gaynor , Charles Farrell


Synopsis
Paris, 1914. « In the slums of Paris - under a street known as The Hole in the Sock --[Dans les taudis de Paris - sous une rue connue comme le Trou dans la Chaussette] » Chico travaille dans les égoûts mais rêve de balayer les rues pour voir la couleur du ciel. Se lamentant sur son sort, il nie l'existence de Dieu au prétexte de sa condition actuelle. Il a prié et donné dix francs dans une église sans obtenir la moindre réalisation de ses vœux. Mais le père Chevillon entendant sa plainte lui offre deux médailles religieuses et lui offre le poste de balayeur dont il rêve. Diane vit dans la misère, battue et rejetée à la rue par sa sœur qui lui reproche d'avoir avoué leurs vies immorales à l'oncle riche qui leur proposait une vie meilleure. Prostrée dans un caniveau, elle pleure sur son sort.

Source : fr.wikipedia.org

Texte de présentation
Ce film représente un modèle fécond du mélodrame hollywoodien. Son lyrisme appuyé et les thèmes déployés (l'ascension sociale, la perte de la vue, l'amour transcendant, etc) seront notamment une source d'inspiration pour John M. Stahl et Douglas Sirk. Le titre original Seventh Heaven - littéralement Septième paradis - traduit l'aspiration à la transcendance de l'histoire d'amour qui n'implique plus seulement deux personnes mais aussi la figure divine toujours présente. L'immanence de sa présence justifie les actes et leurs conséquences. Tout destin s'en trouve ainsi justifié. C'est en accédant au paradis, ici symboliquement représenté par l'appartement du héros, que le bonheur survient. Les étages que montent les deux personnages sous nos yeux (un travelling vertical suit leur progression avec un escalier en coupe et des raccords invisibles) représente l'échelle qui mène de la fange au septième ciel comme l'annonce déjà le premier carton en exergue du film : « For those who will climb it, there is a ladder leading from the depths to the heights - from the sewer to the stars -- the ladder of Courage. » [Pour ceux qui vont l'emprunter, il existe une échelle qui mène des profondeurs aux sommets - des égoûts aux étoiles -- l'échelle du Courage.]
Source : fr.wikipedia.org

Fiche IMDb de L' Heure suprême


Source de l'information :
Séance créée le lundi 21 février 2011 à 14h51 par Sylvain Airault


Aucune séance
ne correspond
aux critères