le site de référence
sur les ciné-concerts



Entrée des artistes






Vous pouvez nous faire
part de vos remarques
ou nous envoyer des
dates de ciné-concerts à :
postmaster(at)cineconcert.fr



Cineconcert.fr
est une initiative du
Festival d'Anères


Liens
Festival d'Anères
Cinéma Le Balzac
Lobster Films
Cinémathèque de Toulouse
Cinémathèque française
Institut Lumière
Archives Françaises du Film
Le Printemps des Cinéconcerts
Festival International
des Musiques d'Ecran

mercredi 11 mai 2011 à 20h30
Théâtre des 4 Saisons
Parc de Mandavit
Gradignan (33)
Site internet de la salle
Tarif : non communiqué
Musique :
Yves Dormoy (programmation, saxophones, clarinettes)
Antoine Berjeaut (trompette)
Chœur de Tokyo
(Tokyo no kôrasu)
de Yasujiro Ozu
(1931 / Japon / 1h30)
avec Tokihito Okada, Emiko Yagumo, Hideo Sugawara, Hideko Takamine


Synopsis
Tokyo au début des années 30 durant la grande dépression. Shinji, marié et père de trois enfants, perd son emploi d’assureur après avoir pris la défense d’un de ses collègues licencié abusivement. Ne parvenant pas à retrouver un travail, il lui devient alors de plus en plus difficile de subvenir aux besoins de sa famille. Dans la rue, il retrouve son ancien professeur d’éducation physique dont il se moquait, étant étudiant, mais qui va néanmoins lui venir en aide…

Source : Site web du Festival d’Anères

Texte de présentation
Ozu délaisse ici l’univers étudiant qu’il avait mis en scène dans la plupart de ses films précédents pour décrire celui d’une famille avec enfants. Un carton vient d’ailleurs nous dire immédiatement après la première séquence qui voit Shinji encore étudiant que « Ceci appartient au passé. Il est maintenant employé d’une société d’assurances ». Fini les films de potaches, il faut désormais grandir un peu a t-il l’air de vouloir nous dire. Avec ses personnages d’enfants qui tiennent une place presque aussi importante que les adultes et qui de plus leur tiennent tête, bafouant ainsi leur autorité, il annonce aussi le magnifique Gosses de Tokyo tourné l’année suivante. C’est également à partir de là qu’il aborde les films de famille et drames sociaux qui constitueront l’essentiel de sa filmographie à venir. Chœur de Tokyo nous plonge dans un pays dont l’économie est en crise et dont la capitale est décrite par les intertitres comme étant rien de moins que « la capitale du chômage ». Sans pour autant tomber dans le misérabilisme, Ozu nous montre donc, sans ambages et avec un certain réalisme, les effets des mutations socio-économiques du Japon du début des années 30.
Source : Site web du Festival d’Anères

Fiche IMDb de Chœur de Tokyo


Source de l'information : France-Billet
Séance créée le jeudi 24 mars 2011 à 12h39 par Albert de Nonancourt


Aucune séance
ne correspond
aux critères